Qu’est-ce-qu’un clown triste ?

Qu’est-ce-qu’un clown triste ?

Un clown-triste est un être qui joue de son spleen pour partir dans des personnalités joviales et euphoriques. Certes, il reste drôle et amusant mais sa nature profonde est angoissée et sujet à la dépression. Ces hommes ont une bipolarité très prononcée et font rire par leurs actes bouffons ou décalés.
Les humoristes qui veulent plaire mais qui sont incapables de gérer leur solitude, rentrent dans cette catégorie. C’est le tragi-comique de l’existence.

Les comédiens de la vie de tous les jours, c’est-à-dire, les flambeurs, les séducteurs ou les homes qui jouent sur leur dons comiques sont des clowns-tristes. Ce ne sont pas des aventuriers qui prennent des risques puisque ce sont,en général, des êtres hypersensibles.

Certains arrivent en haut de l’affiche comme Franck Dubosk ou Elie Semoun . Mais vous remarquerez vite que leurs sketches proviennent très souvent des expériences partant du tragique. Ainsi, ils exploitent leur don pour leur en donner une saveur humoristique !

Mais avant tout, sachez une chose: un clown triste est un homme qui veut plaire. C’est donc obligatoirement des comédiens ou des gens qui jouent du matérialisme pour se faire remarquer !

Quand on évoque la psychologie du clow-triste, on ne peut cesser de de penser à Molière ! Cet homme voulait au début faire des tragédies qui n’ont pas marcher. Alors, il s’est mis à la comédie et vous constaterez que tous ses personnages sont des clowns-tristes.

En effet, Molière écrivait ses comédies à partir de satires contre la société. Il se moque donc implicitement de ses personnages en les rendant ridicules, grotesques, orgueilleux, avares ou faux-dévots. Toutes ses pièces sont amusantes mais sont également mêlés de tragique ou de bouffonnerie.

Regardez le personnage d’Arpagon dans l’Avare ». N’est-ce pas ridicule d’en arriver à un tel point ? On constate ainsi que Molière avait exploré bien avant le côté ludique de la faiblesse du clown-triste.

Avec de telles personnes, on ne sait plus si l’on doit rire ou pleurer ! Heureusement l’humour a évolué de nos jours !

Pour finir, le tragique et le comique font partie intégrante de toutes les psychologies humaines. Ce n’est pas la peine de lire Freud ou Lacan pour le savoir ! Il y aura toujours une bipolarité chez l’être humain !

Mais, ceux qui s’assument en toute franchise sont ceux qui font preuve d’autodérision. En fait, il savent se moquer d’eux-mêmes et de leurs honteuseries : rire de soi, n’est-ce pas le signe d’une envie de liberté ?

Le mythe de Cyrano de Bergerac en est l’illustration la plus absolue parce que le personnage a un panache insolent ; « Énorme mon nez ! », avait-il dit. C’est dire si l’homme a cette envie de se libérer de ses complexes.

Enfin et avant tout, l’autodérision est signe d’humour décalé donc signe d’une envie de plaire différemment.
Les gens qui usent de cette arme sont des êtres tragi-comiques. Ils font alors partie des clows-tristes puisque l’humour est leur trait caractéristique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *