Comment gérer une garde à vue ?

Comment gérer une garde à vue ?

sans-titreLa garde à vue est très souvent dure à vivre. Comment fait-on pour affronter un tel obstacle dans sa vie ? En effet, se retrouver dans une toute petite cage pour y passer la nuit demande beaucoup de courage ! Certains le vivent bien mais d’autres sont sujets à de violentes angoisses, ne sachant pas si la décision du procureur jouera en leur faveur.

Voici quelques conseils pour remédier à tous ces problèmes.

Pour rester calme, si l’on est mis dans une cage de 10m carré, il existe différentes techniques. Par exemple, si vous ne pouvez pas dormir, essayez de parler à vos compagnons d’enfermement ou tentez par tous les moyens de vous détendre en faisant le vide de votre tête pour éviter la nervosité ou la révolte.

Sachez que vous pouvez faire appel à un médecin qui peut vous fournir des anxiolytiques ou des calmants. Après tout, on peut rester en semi-veille pendant 24 heures avec ces types de produits.

Rien ne sert de s’énerver : vous êtes condamné à dormir sur un matelas, tel un prisonnier, et vous devez purgez votre peine quoiqu’il arrive !

Avec l’arrivée de Sarkozy, les mesures se sont renforcés et énormément de gens sont pris par cette infernale procédure ! Après tout, ce n’est pas bien méchant, il faut prendre sur soi comme Steeve Macqueen dans la « Grande évasion » !

Si vous avez les larmes aux yeux devant la violence ou la paranoïa de la police, pensez aux gens qui vous aiment et tentez de faire de votre « emprisonnement », un moment de recueillement. En effet, vous serez seul dans un endroit sale et rempli de pourriture : c’est l’endroit idéal pour avoir un aperçu de ce que vive les taulards !

Oui, on peut l’affirmer, il n’existe pas que la force ou le mental pour vivre en garde à vue. Il y a cette façon quasi bouddhiste d’évacuer son mal-être ou de donner à cet instant une réflexion sur sa vie et sur ce que l’on a fait durant son existence. Cela peut donc être un moment de réflexion très intense !

Jouez de votre intelligence, sachez que tous les grands scientifiques disent que le hasard n’existe pas dans la vie terrestre. Donnez donc un sens à votre misère. Elle est là pour vous redonner confiance et vous donner une certaine sagesse. De toute façon, vous ne pouvez absolument rien contre la loi !

Enfin, si vous ne pouvez plus faire face à ce genre de « torture », essayez à tout prix de dormir. En effet, les crises d’angoisse sont très fréquentes dans ce genre de mélodrame. Sinon, pleurez pour évacuer ! N’ayez cure de vos compagnons, pleurez, cela fait du bien.

Si vous ne pouvez pas vous reposer, allez prendre l’air souvent en allant aux toilettes. De toute façon, il faut apprendre à relativiser, vous n’êtes pas en train de purger une peine de 6 ans.

« Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » est alors le dicton approprié pour gérer ce genre d’événement. Rassurez-vous, on ne va pas vous fusiller le lendemain. Restez calme et tentez d’oublier ce drame qui pèse sur vous. La vie est belle, non, après tout ?

Pensez aux cancéreux en phase terminale , pensez aux gens qui souffrent. Vous n’êtes pas tout seul ! C’est la notion de « relativisme » qui vous rassurera !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *