Comment différencier différentes mentalités ?

Comment différencier différentes mentalités ?

Dans la psychologie humaine, il y a différentes sortes de penser, d’agir, de vivre.
Si vous prenez, par exemple, un homme qui se réfugie dans son activité professionnelle est totalement différent d’un rentier ou d’un noceur, c’est évident.
Par conséquent, l’homme agit selon des critères mentaux propres à sa personnalité.
Voici un constat organisé de différentes psychologies :

Tout d’abord, il y a ce que l’on appelle les « jouisseurs ». Ce sont des êtres qui jugulent facilement leurs angoisses et qui sont attirés par les plaisirs et les distractions.

Hemingway, Scott Fitfgerald, Philippe Seguin ou Philippe Bouvard rentrent dans cette catégorie.

Mais un jouisseur peut être un être qui profite de tous les plaisirs de la vie : le jeu, les femmes, les voyages, le luxe et le rire, caractéristiques même de leurmode de vie. Ils sont, en général, insouciants et nonchalants. La plupart d’entre eux n’ont aucune contraintes pécuniaires ou matérielles.

En bref, ce ne sont pas des arrivistes ni des travailleurs. Un des maîtres à penser de cette psychologie est Casanova, le grand prince de la luxure !

Ensuite, il y a ceux que l’on surnomme « hystériques ». Ceux sont des gens qui veulent plaire par n’importe quel prix, n’ayant cure du plaisir et qui prennent soin d’eux.

Les comédiens, les artistes en quête de reconnaissance, les séducteurs orgueilleux ou les hommes politiques sont des exemples parmi bien d’autres.

En général, ce sont des gens inquiets et perturbés, qui veulent à tout prix qu’on les regarde.
Vous voyez les humoristes :c’est le type même du personnage ! Benoît Poolevorde est, dans la vie de tous les jours, un homme dépressif qui joue de son mal-être pour faire rire et se faire remarquer.

Le mythe de cette mentalité est Don Juan : le séducteur qui ne passe pas à l’acte sexuel !

Enfin et pour conclure, il y a ceux que l’on catalogue comme « mélancoliques ». En fait, ils passent leur temps à se justifier. Ils peuvent être sujets à des crises nerveuses, à des grands moments de doute ou à des dépressions à répétition.

Les artistes qui explorent cet état d’âme expriment des élévations divines. Catalogués comme psychotiques, leur bipolarité de caractère est véritablement intense dans leurs joies et dans leurs peines. Mozart, Chopin, Nerval, Musset, Rimbaud: ils l’étaient tous !

Mais on oublie tout le temps que la mélancolie transporte et permet de goûter à des joies que la majeure partie de la population ne connaît pas. C’est l’apaisement d’une musique, la beauté d’un tableau ou un sentiment partagé.
Mélancolique, tout le monde l’est un peu, c’est indéniable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *